BATIR AFRICA


ECHANGES SUR LES TRADITIONS

0 appréciations
Hors-ligne
Le Sud et l'Est de la Côte-d'Ivoire sont occupés par différentes branches de la famille Akan (Lagunaires et Baoulé-Agni), dont le centre de gravité se trouve au Ghana et dont quelques avant-gardes existent au Togo et au Bénin.

Situé précisément au centre-est et au sud-est de la Côte-d'Ivoire, le groupe Akan est réparti territorialement en trois grands groupes :

Les Akan frontaliers (Est)
Ces populations se retrouvent de part et d'autre de la frontière du Ghana et de la Côte-d'Ivoire . Ce sont : les Abron (Ahenfié, Foumassa, Pinango, Akidom), les Agni (Bini, Bona, Indénié, Morofwé, Sanwi), les Juaben (Diabè), les Essouma et les Nzima (Évalué, Ajomoro, Guira, Ahanta) .

Centres urbains : Abengourou, Bondoukou, Aboisso, Bongouanou, Krindjabo, Maféré, Ayamé, Assuéfri, Transua, Arrah, Nguiémé, Nouamou .

Les Akan du centre
Le nom de ce groupe vient du fait qu'il occupe le centre de la Côte-d'Ivoire . C'est la grande famille des Baoulé : (Ouarebo, Agba, Ngban, Faafoué, Nzikpri, Aïtou, Nanafoué, Saafoué, Akouè, Ndranoua, Satikran, Goli, Ayaou, Anno et Annoabè)

Centres urbains : Sakassou, Bouaké, Dimbokro, Toumodi, Tiébissou, M'Bahiakro, Tiassalé, Daoukro, Bouaflé, Béoumi, Prikro, Ouellé.

Les Akan lagunaires (Sud)
Le terme lagunaire donné à ces ethnies vient du fait qu'elles sont installées autour du vaste complexe lagunaire formé par les lagunes Ébrié, Oualadine, Aby, Tano (Tando), Éhy, Potou, Aghien et celle de Grand-Lahou. Ce sont : les Abè (Morié, Tchofou, Abévé, Khos), les Abidji, les Abouré (Éhé, Éhivé, Ossouon), les Akyé (Lepin, Bodin, Ketin), les Adioukrou, les Avikam, les Alladian, les Ébrié (Bidjan, Kwè, Songon, Niangon, Yopougon, Bya, Nonkwa, Bobo, Adiapo), les Ewotire et les Éga.

Traits particuliers : L'organisation politique des lagunaires repose en grande partie sur les classes d'âge qu'ils ont su mieux organiser que les autres Akan (Adioukrou, Akyé, Abouré, Ébrié). Tous les lagunaires ont, dans leur calendrier, une semaine de six jours.

Centres urbains : Abidjan, Agboville, Adzopé, Akoupé, Bingerville, Grand-Bassam, Dabou, Adiaké, Grand-Lahou, Bonoua, Jacqueville, Moosou, Orbaff, Ousrou, Dibremou, Memni, Alépé .

Peuvent être rattachés à ces trois grands groupes, les Tchokossi et les Yaourè .

Les Tchokossi
Au Togo, à Sassané-Mango, vit une population Agni-Baoulé d'origine. Ces émigrés ont conservé leur langue avec des apports linguistiques mandé; ce groupe appelé Tchokossi par les voisins, se nomme Annofwo (originaire d'Anno); Ils viennent en effet de Mango-Toula (Mango région forestière) par opposition à Mangodara, ville se trouvant en zone de savane (Burkina Faso). Les Tchokossi sont des ivoiriens d'origine; peuple islamisé et possédant des lettrés de longue de date, leur histoire mentionne qu'en l'an 1129 de l'hégire, une fraction importante, accompagnée des ressortissants d' autres ethnies (Morofwe, Djimini, Koulango, Malinké et Abron) de Kong, de Bondoukou et de Bouna, conduite par les princes Nabenan (Bomo) et Nasoman, était partie de Mango-Toula (pays Anno) se réfugier à Sassané-Mango (enclos des Mango) au nord du Togo.

Les Akan Yaourè
Les Yaourè figurent parmi les Akan établis de longue date en Côte-d'Ivoire; Ils étaient là bien avant les Baoulé. Leur nom viendrait de Yéwolè (nous étions là ou nous sommes originaires) ou de Yawarè, du nom de leur ancêtre de sexe féminin, lointaine parente du roi Opokou Ware de Kumassi.

Sources et Documentations : I.L.A - Institut de linguistique appliquée


Dernière modification le 24-09-2009 à 18:17:38

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres